15/7/2020

Une brève mise à jour concernant les activités les plus importantes de la Clinique Sociale de la Solidarité d’Athènes (CSSA) avant et après le confinement à cause du corona virus 

Au commencement de l’année 2020, avant la pandémie, la Clinique Sociale de la Solidarité d’Athènes (CSSA) a offert son appui psychiatrique et psychologique à des patients grecs ou étrangers vulnérables et des soins dentaires à des réfugiés et migrants sans numéro d’enregistrement pour la santé publique ou à des enfants sans surveillance qui sont hébergés à des organisations en Attique ou à des centres de restriction de Amygdaleza et Petrou Ralli (Athènes).

La CSSA a constamment supporté les organisations d’héberge des Kurdes à Lavrion, et des réfugiés à Skaramangas et à Skistos (Attique) avec médicaments, matériel médical, articles d’hygiène, vêtements et jouets pour les enfants ; elle a aussi distribué des victuailles par elle-même ou en coopération avec la Solidarité pour Tous (SpT). De plus, la CSSA appuie systématiquement la Pharmacie Sociale de Patissia (Athènes) étant donné que sa propre pharmacie a cessé de fonctionner depuis septembre 2019.

               Malgré les mesures de restriction durant la pandémie, la CSSA a considérablement contribué des quantités d’alimentation importantes, environ 1.500 kilos, à la banque d’alimentation de SpT en les distribuant à Aspropyrgos et ailleurs.

        La CSSA a supporté des patients individuels (en prison ou pas) avec médicaments et a continué d’informer tous par par le biais des moyens sociaux en ce qui concerne la santé publique et l’accès aux structures publiques de la santé. L’information constitue un aspect essentiel de l’activité de la CSSA.

      En plus, par suite de la concertation avec Afroditi Stambouli, la CSSA a envoyé à la structure sociale de Kleidi à Serres (NE du pays) 80 casquettes pour enfants, crèmes antistaminiques pour les insectes et certains autres médicaments.

               Après la levée des mesures contre le confinement et à partir du début Juin, la CSSA a progressivement recommencé, plus précisément concernant le département dentaire tout en respectant pleinement les mesures de protection pour les patients et les médecins. Le nombre des détenus qui viennent à la CSSA pour des services dentaires est augmenté ; ceux-ci arrivent chez la Clinique après une concertation avec la direction des camps, munis d’un rapport du médecin du camps et escortés par des policiers. En tout cas on constate un nombre accru des enfants sans surveillance à Amygdaleza : c’est justement à eux que la CSSA a délivré une quantité des vêtements.

               On constate encore que le problème de l’assistance sanitaire des réfugiées et émigrés sans Numéro d’Enregistrement pour la Santé Publique est aggravé ; parmi les derniers l’accès aux services médicaux est possible seulement à ceux-ci pour qui les ONG sont responsables et couvrent les dépenses.

               La CSSA continue de supporter les structures de l’héberge des réfugiées en Attique, comme à l’Asile des Incurables ou on a fourni des produits d’alimentation, à l’Hospice des Vieillards d’Attique en coopération avec l’SpT et la Cité Ouverte ; nous continuons aussi de ramasser des médicaments pour les structures et organisations qui nous les demandent.

15/7/2020